La situation géopolitique du Proche-Orient est d’une inextricable complexité – et c’est pourtant ce qu’il faut comprendre pour saisir à la fois d’où provient le mal qui nous frappe, et commencer à s’interroger sur la manière de le guérir. Sans prétendre simplifier à l’excès un contexte qui ne s’y prête guère, j’aimerais livrer quelques clés pour éclairer les enjeux du monde qui vient. Comprendre la situation, cela passe d’abord par la réponse à cette simple question : qu’est-ce que l’État islamique ?

L’État islamique en Irak et au Levant (Islamic State of Iraq and the Levant, Isis) est un groupe terroriste dont l’influence s’étend principalement en Irak, où il a émergé courant 2006, et en Syrie. L’expansion d’Isis a été favorisée par un contexte local fortement déstabilisé, dû avant tout à l’intervention militaire américaine de 2003 en Irak, et à l’affaiblissement du gouvernement syrien suite aux soulèvements des printemps arabes. Fort des puits de pétrole sur lesquels il a mis la main en Syrie (qui représenteraient près de 40 % de ses revenus), et de la domination qu’il impose aux populations des territoires qu’il conquiert, lui permettant de lever des impôts et d’extorquer des fonds (plus de 10 % de ses revenus présumés), Isis bénéficie d’un flux économique d’importance qui lui permet de financer ses opérations – flux estimé à près de 3 milliards de dollars par an, l’équivalent du PIB de pays comme le Burundi ou les Maldives1. Contrairement aux États classiques, Isis peut consacrer la quasi-totalité de ses fonds à ses actions belliqueuses.

Lire la suite


  1. Les données économiques mises en avant sont issues de :  « The Islamic State (IS) - How the World’s Richest Terrorist Organization Funds its Operations », thomsonreuters.com